architecte paysagiste bordeaux art paysage

A corps perdus

 

Performance réalisée du 1er au 4 juillet 2010 sur le site de la caserne Niel à Bordeaux, dans le cadre de la manifestation Imaginez Maintenant,

événement national qui invite des jeunes créateurs

toutes disciplines confondues.

 

 // Marie Bretaud, Marjorie Fabre, Judith Lemoine,

Héléna Le Gal, Etienne Roby, Lucie Valloire \\

enseignants : Judith Avenel, Philippe Bent, Iréna Rosinski, Hélène Soulier

 

[ projet réalisé ]

art bodypainting darwin bordeaux
performance bodypainting darwin bordeaux

Le site induit la disparition. La présence furtive et son absence, entendez la présence humaine, avec ses phases successives d’occupation.

A chaque nouvelle vague, de nouvelles moeurs, de nouvelles traces des corps dans l’espace. Et toujours l’espace érode les corps avec le temps.

Aujourd’hui, il y a des objets éparpillés comme autant d’indices de passage. Il y a le vent qui s’engouffre entre les murs, par les fenêtres brisées et les portes cassées, redonnant une voix au site, chuchotant à nos oreilles le cycle implacable de la vie. Ce que nous voulons, c’est incarner cette présence informelle du lieu, et montrer comme le site s’imprime sur l’humain qui le traverse ou l’habite. C’est un échange fort et physique. Nous voulons que les autres, ceux qui ne se doutent de rien connaissent l’euphorie de la liberté sans contraintes, le plaisir de la destruction, puis la fragilité de notre réalité, la vulnérabilité de notre corps lorsque nous redevenons des bêtes. Nous voulons montrer la léthargie et l’engourdissement qui s’empare de l’esprit humain après avoir trop rêvé, trop lutté, après avoir trop pensé.

 

Déroulement de la performance : les "toiles" humaines sont habillées, inaperçues au milieu des spectateurs qui marchent ou attendent déjà. Les peintres font de même. Et puis le métronome démarre, déclenchant la performance : les toiles humaines se déshabillent, toujours au milieu des spectateurs, vont s’installer dans les alcôves et les peintres s’attèlent au travail en silence. ( la peinture est déjà prête sur le sol ). Il faudra compter trois quarts d’heure pour que les corps disparaissent entièrement, et lorsque soudain le métronome s’arrête, ils tournent sur eux même, chacun à leur rythme et les regards se croisent entre spectateurs et toiles. Les toiles reprennent leur immobilité ( 5 minutes environ). Puis le métronome reprend son martellement et chaque corps descend de dos. Les toiles se placent en un rang serré, avec des mouvements non synchronisés et subis à cause de la peinture qui craquelle. Le métronome s’arrête encore, suspend le temps et provoque un nouveau face à face, direct et figé, durant quelques secondes. Les corps se ré-humanisent, vont chercher leurs habits laissés devant les spectateurs, puis s'en vont.

performance bodypainting darwin bordeaux
performance bodypainting darwin bordeaux

Copyright © 2016  Atelier TçPç. All Rights Reserved.