architecte paysagiste bordeaux art paysage

La Complainte de la Butte

 

Proposition pour la Fête des Lumière de Lyon, 2013

Anamorphose interactive en lumière noire, Place Satonay (69),

novembre 2013.

 

// Marie Bretaud, Romain Lacoste, Helena Le Gal \\

 

[ projet fictif ]

 

Chrétienne ou païenne, la fête des lumières est une histoire nocturne. Au delà des lumignons traditionnels, ou d’autres objets lumineux, comment célébrer cette nuit particulière du 8 décembre 2013 ? Nous voudrions retrouver la poésie d’un ciel de nuit, celui qui apparaît si la ville n’est pas trop éclairée, sous le croissant taquin d’une lune bien blanche.

Dans les escaliers de la place Sato’, en pleine Croix Rousse, nous proposons de faire apparaître la lune du 8 décembre 2013. Fin croissant (de 13% pour être précis) peint en anamorphose sur les marches, les corniches et façades, son image totale se composera à un seul point de vue sur le passage des visiteurs.

art paysage anamorphose UV

Depuis 1643, la ville de Lyon vénère la Vierge Marie. Le 8 septembre, jour de la fête de sa nativité, un cortège municipal se rend à la Basilique Notre-Dame de Fourvière pour accomplir le Voeu des Échevins. L’histoire raconte que la pluie a empêché les lyonnais de célébrer l’événement, qui a alors été reporté par l’Église au 8 décembre. Ce jour-là aussi il a plu, mais la fête n’a pas été annulée.

Invisible le jour, notre lune peinte sur l’espace publique n’apparaîtra qu’à partir de 16h54, au coucher du soleil (du 6 au 9 décembre). Elle pourra être effacée à la fin de l’évènement, ou s’estomper toute seule au fil des jours.

Notre proposition s’inspire avant tout de la « contrainte » du regard mouvant, du passage dans l’espace public : nous avons donc opté pour l’anamorphose. Il s’agit d’un procédé qui permet de percevoir une image cohérente depuis un point

de vue particulier. Elle permet ici de donner du sens à la situation évènementielle (scénographie déambulatoire) et à la situation spatiale (les escaliers, lieu de passage par excellence), elle apporte un caractère ludique à la contemplation de l’installation.

La lune apparaît et disparaît grâce à la peinture UV transparente. C’est une acrylique invisible le jour qui devient luminescente la nuit, éclairée par une lumière noire.

Sur le point unique et précis depuis lequel l'anamorphose se révèle (situation du piéton sur la perspective ci-contre), un flashcode est matérialisé au sol. En plus d'être un indice pour trouver LE point de vue, s'il est flashé, il permet au spectateur de déclencher une vidéo musicale : Mouloudji chantant La Complainte de la Butte (texte de Jean Renoir), chanson qui résonne avec l'installation via le récit nocturne qu'elle met en musique.

Tests réalisés sur différents supports en extérieur pour expérimenter les qualités de la peinture (densité, tenue dans le temps, résistance...) et sa visibilité malgré la concurrence lumineuse dans l’espace public.

Copyright © 2016  Atelier TçPç. All Rights Reserved.