architecte paysagiste bordeaux art paysage

Pour mémoire

 

Workshop The Man Who Sold The World, mai juin 2014.

Thème: Passé négrier Bordelais


École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux + École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux.

 

Présentation à la Fête du fleuve, Bordeaux

 

// Héléna Le Gal, Marie Bretaud, Jessica Loison, Paul Leurent \\

 

[ projet réalisé en juin 2014 ]

Photographie: Melanie Potet

Le passé négociant et négrier deBordeaux n’est pas qu’un récit

historique. Malgré la délicatesse que son invocation réclame au nomdes victimes ainsi qu’au nom deshéritiers du négoce, on peut raconterune histoire, nommer des choses etoffrir une mémoire, qui ne se veut ni victimaire, ni résistante.

Un récit existe, dans l’espace, de manière contemporaine : des rues, des cours, des impasses, des édifices

ont des âges et portent des noms qui renseignent sur la construction de la ville et de son patrimoine, sur des évènements et des personnages marquants.

 

Cette recherche toponymique, axée sur les noms du Bordeaux négrier (des négociants, des armateurs, des abolitionnistes,...), est traduite en cartographie. Elle fait émerger une nouvelle lecture de la ville, par la simple empreinte de la mémoire négrière résidant dans la toponymie. Chaque élément de cette empreintepeut être catégorisé selon son nom,sa taille, son éloignement du centre-ville ou sa date de création.

 

Afin d’analyser cette empreinte, il faut la déconstruire, abstraire ses composants et les classer. On obtient un motif, entre le diagramme analytique (strates et rapports de proportions) et l’idéogramme (caractère graphique en écriture).

Un tel motif peut s’imprimer dans les mémoires intimes, familiales, ou collectives au sein du territoire contemporain. Ces sacs de coton supportent l’impression de cette mémoire. Ils contiennent les traces encore présentes du passé qui font récit quand on le porte ou qu’on en parle. Ils font figure de sacs littéraux et symboliques que l’on peut transporter, charger, vider... Ils sont un mémorial, non pas installés dans l’espace urbain ni institutionnalisés, mais en transit sous le bras de ceux ou celles qui voudront les porter, tantôt contenus, tantôt contenants. Ils n’ont d’autre valeur que celle de donner à voir, et celle d’être donnés.

Copyright © 2016  Atelier TçPç. All Rights Reserved.